Voyagez futé !

Les séjours à l'étranger poussent à une utilisation accrue des transports. Privilégiez le train ou le bus de nuit pour vos vacances, ce qui vous permettra d'économiser une nuit d'hôtel et de consommer moins de ressources qu'avec un trajet en avion.


Le transport aérien est le mode de transport le plus polluant, car il consomme d'énormes quantités de carburant et émet de fortes doses d’oxydes de carbone, de soufre et d’azote ainsi que des hydrocarbures imbrûlés. Pour les seuls vols intra-européens, ce sont ainsi plus de 33'000'000'000 de litres de kérozène qui sont brûlés chaque année pour déplacer personnes et marchandises par les airs, libérant 800 millions de tonnes de CO2 dans notre atmosphère… De quoi faire tousser Kyoto et Copenhague en chœur ! À titre d’exemple, l’aller-retour sur la côte ouest des États-Unis correspond à 700 litres de carburant ou 1 tonne et demie de CO2 rejeté dans l’atmosphère par voyageur.

En avril, l’éruption du volcan islandais Eyjafjöll entraînant la paralysie de l’espace aérien européen a contraint au grounding près de 100'000 vols et 7 millions de passagers. Troublant volcan ! Dont les toussotements ont contribué à éviter le flambage de 22 millions de litre de carburant. Peu ? Beaucoup ? Pas assez pour compenser les pertes économiques de l’incident estimées a plusieurs milliards d’euros ? Les avis divergent. Mais les chiffres avancés ont de quoi faire réfléchir aux besoins et aux nuisances réels du transport aérien.







< retour aux gestes du mois
< retour accueil


INSCRIVEZ-VOUS
C'est rapide et gratuit

 CONSEILLER CE SITE A